L’immobilier en mouvement

RQR met l’immobilier en mouvement

« Nous voulons devenir le « Moody’s » ou le « S&P » des actifs immobiliers »

Olivier Mège vient de créer Real Quality Rating, société spécialisée dans la mesure et l’analyse de la qualité de l’immobilier commercial. RQR a l’ambition de devenir le « Moody’s » ou le « S&P » des actifs réels. Il nous dit pourquoi et surtout comment.

 
BI : Pourquoi lancez-vous une société spécialisée dans la mesure et l’analyse de la qualité de l’immobilier commercial ?

OM: La qualité est une notion complexe qui imprègne toutes les décisions d’investissement. Tout investisseur cible des actifs d’un certain niveau de qualité, et/ou cherche à améliorer la qualité de son portefeuille. Dans des marchés chahutés, beaucoup d’opérateurs se concentrent sur le « flight to Quality ». Or, aussi surprenant que cela paraisse, il n’existe pas de mesure complète et robuste de la qualité intrinsèque des actifs immobiliers.

On constate en parallèle une inflation de certifications et de notations spécialistes, fortes utiles mais qui demandent à être intégrées dans un système global car pour les investisseurs, la qualité est une dimension de la réalité de l’actif qui n’est pas limitée à la question environnementale, à la qualité digitale ou au bien-être des employés. Elle doit concerner tous ces aspects et bien d’autres.

Cette méconnaissance de la qualité a pour conséquence une allocation suboptimale du capital, ainsi qu’une appréhension déficiente des risques et de l’obsolescence des portefeuilles. C’est une situation intenable dans un contexte ou l’internet catalyse des mutations profondes des modes de travail et de consommation, et où le régulateur s’intéresse de plus en plus aux risques inhérents aux actifs immobiliers, d’abord sous l’angle du financemement, mais plus récemment aussi sous celui de l’obsolescence.

Au-delà de l’immobilier, nous croyons que ce projet s’inscrit dans une tendance de fond. La société dans son ensemble souhaite se donner d’autres horizons que la simple croissance et attache de plus en plus d’attention à la qualité de cette croissance.

Nous pensons donc qu’il n’est plus aujourd’hui possible – ou il est du moins très risqué – de méconnaître la qualité des actifs immobiliers. Il est urgent que l’immobilier se dote des outils qui lui permettront de remédier à cette situation et ainsi de répondre aux attentes de la société.

2017-06-29T13:59:48+00:00